Homme et chauve-souris : quel modèle de cohabitation ?

Les connaître pour mieux les comprendre

Commençons en douceur par quelques caractériques plus ou moins connnues. Ce sont les SEULS mammifères qui ont la capacité de voler ! Leur anatomie comparable à celle des autres mammifères présente des adaptations au vol. Ce dernier est possible grâce aux mains modifiées support des ailes, d’où leur nom de Chiroptères « chiro » la main et « ptère » l’aile !

Autre originalité, les chauves-souris vivent la plupart du temps la tête en bas, il est donc difficile pour elles de garder les pieds sur terre ! Elles restent pendues par les pieds sans consommation d’énergie.

Ces espèces nocturnes s’orientent grâce à un système appelé écholocalisation (l’envoi d’une onde ultrasonore par un cri et sa réception par l’animal lui-même, lui permet de « voir » ce qui l’entoure), ce n’est donc pas la vue mais bien l’ouïe qui est indispensable pour ces espèces. L’odorat est également un sens très développé.

Leurs cycles biologiques sont aussi bien particuliers : selon la saison les gites recherchés par les chauves-souris n’auront pas les mêmes caractéristiques. En hiver, elles préféreront la fraicheur et l’humidité que peut fournir une cave, une grotte ou un vieil arbre creux. À l’inverse, quoique surprenant cela puisse être, elles rechercheront un endroit au chaud et au sec pour élever les petits, comme un grenier.

Illustration du cycle biologique d’après la plaquette « Les chauves-souris, des mammifères fascinants à protéger ». Disponible sur : https://www.sfepm.org/sites/default/files/inline-files/plaquettegp_0.pdf

Diversité de ces espèces et rôles dans l’écosystème

Ces petits êtres volants regroupent presque 1400 espèces ce qui représente près de 20% des mammifères mondiaux. En France, elles représentent 1/3 des espèces de mammifères terrestres !

Ces animaux sont les témoins et le reflet de la santé d’un écosystème. Lors de perturbations et de dégradation des écosystèmes par l’homme, ces animaux, porteurs de virus transmissibles à l’homme, se retrouvent au contact des communautés humaines. Cette proximité induite par la destruction de leurs biotopes mène à des situations de crises sanitaires telle que celle que nous traversons. Les anthropozoonoses (zoonoses de l’animal vers l’homme) ne sont que le reflet de ce que nous infligeons à l’environnement et aux animaux les peuplant.

De plus, de nombreuses espèces (toutes les espèces en France) sont insectivores : c’est-à-dire qu’elles se nourrissent d’insectes divers et variés tels les moustiques, les papillons … espèces sources de nombreuses problématiques sanitaires (pour l’homme) et économiques (pour les cultures). Elles peuvent consommer en une nuit la moitié de leur poids en insectes. Ce sont donc de merveilleux « insecticides naturels » que l’on doit s’efforcer de protéger.

Nos espèces françaises

35 espèces sont dénombrées sur notre territoire répartis dans 4 familles : les Rhinolophidés (nez en forme de fer à cheval), les Molossidés (nez similaire au museau d’un chien), les Minioptéridés (front bombé) et les Vespertilionidés (faciès de souris).

Voici quelques illustrations d’espèces parmi les plus connues du grand public :

Les chauves-souris ne sont pas nos ennemies …

  • Sur l’ensemble d’une colonie seulement 75% des femelles donneront naissance à un unique petit par an. Il faut en outre savoir que la mortalité des jeunes lors de la première année est de 60% ! Avec les menaces qui pèsent actuellement sur les chauves-souris, les effectifs ont du mal à se maintenir selon les espèces.
  • Seules 3 espèces de chauves-souris sont hématophages, c’est-à-dire qu’elles se nourrissent du sang de leurs proies, et elles se trouvent en Amérique du Sud !
  • Si les chauves-souris élisent domicile chez vous sachez qu’elles ne causeront pas de dégâts et qu’elles ne resteront la plupart du temps que pour une saison.
  • Les chauves-souris françaises (2/35 espèces françaises) sont porteuses d’un autre type du virus de la rage que celui des chiens ou des renards. Toutefois, la probabilité de transmission à l’homme est très faible car il faudrait se faire mordre par un individu porteur … alors que nos espèces sont insectivores ! Si vous trouvez une chauve-souris en détresse prenez tout de même la précaution de mettre des gants de cuir afin de limiter les risques associés à une potentielle morsure.
  • L’accumulation des déjections de chauves-souris, communément appelé « guano » est un excellent fertiliseur naturel utilisé comme engrais azoté. En Europe, les risques sanitaires liées à l’histoplasmose (maladie respiratoire due à un champignon Histoplasma sp qui se trouve dans le guano) sont très faibles en raison des conditions climatiques inadaptées.

Mais sont pourtant constamment menacées

  • La pollution lumineuse impacte ces espèces nocturnes qui voient parfois leur écologie alimentaire modifiée en lien avec la répartition spatiale des insectes. De plus, les éclairages sont parfois sources d’éblouissement ou de perturbation lors de leur orientation.
  • La perte de leurs habitats : les vieux bâtiments, les vieux arbres, les monuments en ruine … tous ces éléments constituent leurs lieux de vie et sont sans cesse détruits ou abattus par l’homme.
  • Les infrastructures humaines (éoliennes, routes, ponts..) et le changement d’utilisation des terres (pertes des zones humides, des forêts et des haies) sont autant d’obstacles à leurs déplacements et aux échanges entre populations. Les domaines vitaux s’en retrouvent modifiés et impactent les communautés.
  • Ces espèces peu considérées et méconnues sont souvent importunées lors de leurs périodes d’hibernation ou de reproduction. Un réveil inopportun en hiver peut leur couter la vie.
  • Les pesticides et autres produits chimiques (traitement des charpentes) sont un fléau pour ces espèces aussi.
  • Notre chat domestique n’est lui non plus pas innocent dans la mortalité de ces petits mammifères par la pression de prédation qu’il exerce.

Comment sont-elles protégées ?

  • Une protection nationale pour les animaux et leur habitat existe pour les 35 espèces françaises par le biais de : la loi n°76-629, du 10 juillet 1976, relative à la protection de la nature ; l’article L.411-1 du Code de l’Environnement ; l’arrêté ministériel du 23 avril 2007 et son arrêté du 15 septembre 2012 apportant des modifications.
  • Une protection européenne via : la Directive CEE n°92/43 sur la protection des habitats, de la faune et de la flore.
  • À l’échelle internationale par : la convention de Bonn, du 23 juin 1979 (Annexe II) qui permit la signature de l’Accord relatif à la conservation des populations de Chauves-souris d’Europe (EUROBATS, 4 décembre 1991) et la convention de Berne, du 19 septembre 1979 (Annexes II et III).

Comment pouvons-nous les aider ?

  • Participer à l’action « Refuges pour les chauves-souris » : aider au maintien et à l’installation de ces mammifères dans les jardins et les bâtiments (plus d’informations sur www.sfepm.org/refugepourleschauvessouris.htm)
  • Aider dans votre quotidien à la préservation de lieux propices à leur installation tels les haies, les vieux arbres à cavité, les rivières avec des arbres, les vieux monuments que l’on souhaiterait détruire.
  • Favoriser la biodiversité de votre jardin qui sera source de nourriture pour elles !
  • N’utiliser pas de produits chimiques toxiques dans votre jardin ou sur votre toiture.
  • Éviter d’effectuer des travaux au printemps/été ou en hiver, périodes sensibles respectivement de mise-bas et d’hibernation.
  • Sensibiliser les personnes autour de vous aux services écosystémiques que nous rendent les chauves-souris.

Construisez des abris à chauves-souris pour les aider à trouver un gite adapté. Rendez-vous sur https://www.sfepm.org/presentation-des-chauves-souris.html et téléchargez leur brochure « Accueillir des chauves-souris grâce au gite artificiel à chauves-souris »

A Horizon d’Ailes nous réalisons des ateliers de sensibilisation, des installations de gîtes à colonies ou de simples abris, nous travaillons sur la mise en place de trames noires (réduction de l’éclairage pour la faune et la flore)… Vous pourrez retrouvez toutes nos actions sur la carte : https://horizondailes.com/la-carte/ ! N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en savoir plus via Facebook ou mail.

Pour aller plus loin…

https://www.sfepm.org/presentation-des-chauves-souris.html

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Projet_de_PNA_Chiropteres.pdf

https://www.gcprovence.org

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *